Agence de tourisme locale francophone pour l'Atacama
☎ 09.70.46.57.67
Info Coronavirus - COVID19
Désert d'Atacama et planète Mars Désert d'Atacama Rover Zoe Scientifiques de la Nasa avec Zoe Scientifiques et Zoe Rover Krex-2 Micro-organisme dans le sol de l'Atacama Rover Perseverence

A QUOI POURRAIT RESSEMBLER LA VIE SUR MARS ? LE DÉSERT CHILIEN NOUS FOURNI QUELQUES INDICES.



Si une vie extraterrestre existe sous la surface de Mars, elle pourrait très bien avoir une chose ou deux en commun avec ces populations.
Un rover à énergie solaire est venu rechercher des microbes sous la surface desséchée du désert d'Atacama au Chili en 2013, dans le cadre de la mission Mars 2020 qui à pour objectif de rechercher une forme de vie sur la planète Mars avec le rover Perseverance.



Désert d'Atacama et planète Mars
Mars est un paysage d'enfer froid et sec, mais cela ne signifie pas que la Terre n'abrite pas de zones avec un environnement des plus hostiles. Si vous vous aventurez dans le désert d'Atacama au nord du Chili, vous trouverez l'endroit le plus sec de la planète (en dehors des pôles Nord et Sud), où les précipitations moyennes sont de 15mm par an et donc encore moins à certains endroits. Cela en fait un endroit inhospitalier, mais utile pour la compréhension de Mars.
Par exemple, tester un rover conçu pour étudier sur place la planète Mars, le désert d'Atacama est l'endroit idéal. Une équipe internationale de chercheurs fait exactement cela et a récemment découvert quelque chose d'inattendu.

Désert d'Atacama
Le rover à quatre roues, nommé Zoe, a effectué une campagne de recherche en 2013. Ses travaux ont aidé la NASA à décider de la meilleure façon d'équiper son rover Perseverance, qui devrait atterrir le 18 février 2021. «Scientifiquement, l'étude nous a aidé à comprendre comment la vie survit dans des environnements extrêmes avec des implications à la fois sur la Terre et sur Mars», a déclaré David Wettergreen, professeur de recherche à l'Institut de robotique de Carnegie Mellon et chercheur principal pour le projet Life in the Atacama. "Technologiquement, nous apprenons les mécanismes et les algorithmes qui nous permettront d'explorer le sous-sol d'autres planètes."

La NASA teste souvent ses rovers dans l'Atacama, qui est peut-être le meilleur analogue de Mars ici sur Terre. Zoe s'était déjà rendue dasn ce désert en 2005. En 2013, elle disposait d'un outil supplémentaire, une perceuse d'1 mètre. Zoe etait également équipée d'un instrument d'analyse du sol.

Rover Zoe
La mission avait commencé en 2012, lorsque l'équipe s'etait rendue dans l'Atacama sans le robot. Les chercheurs ont foré de nombreux trous et pris diverses mesures, telle que l'abondance d'hydrogène pour quantifier l'humidité et la composition du sol.

Les scientifiques ont détecté des micro-organismes dans l'Atacama, et ensuite ces résultats ont été comparés à ce que Zoe a pu faire seule.

Scientifiques de la Nasa avec Zoe
"Zoe était plus autonome que les rovers précédents et capable de fonctionner pendant des jours, trouvant son chemin d'un objectif à l'autre et détectant automatiquement les caractéristiques d'intérêt qu'elle devrait examiner en cours de route", a déclaré Wettergreen, ajoutant que le robot fonctionnait de manière totalement indépendante.

Zoe devait suivre un ensemble d'instructions prédéterminées sur la zone à couvrir et les données à collecter chaque jour, en prenant une pause la nuit et en reprenant automatiquement le travail à l'aube. Cela permettait aux chercheurs de vérifier si Zoe était effectivement prête à être laissée seule, avait déclaré Wettergreen.

Rover Krex-2
En 2017, le second d'une nouvelle géneration de rover, est arrivé dans l'Atacama. Le KREX-2 a été testé, amorcé pour fonctionner parfaitement sous un rayonnement ultraviolet intense (commun à la fois sur Mars et sur l'Atacama), et a constamment foré à travers des roches pour tester ses nouveaux systèmes de détection de vie.

L'équipement plus complet que pour Zoe, portait le nom d'ARADS (Atacama Rover Astrobiology Drilling Studies), déjà testé en février 2016. Ils ont testé trois nouveautés: un laboratoire de chimie portable, un système de détection de vie offert par le Centre d'Astrobiologie d'Espagne, capable de recherche des composés biologiques en effectuant divers tests biochimiques et un nouvel outil capable d'isoler les acides aminés à partir de très petits échantillons liquides.

Les tests ont eu lieu à nouveau en février 2018 et 2019, afin d'être prêts et à la pointe de la technologie avant la mission finale de 2020.

Micro-organisme dans le sol de l'Atacama
«Les résultats sont une raison d'être optimiste sur le fait que la vie bactérienne pourrait survivre aux conditions du sous-sol martien», déclare Stephen Pointing, chercheur basé à l'Université Yale-National de Singapour. «Il n'y a pas d'autre endroit sur Terre semblable à la surface de Mars, où la surface a des niveaux de rayonnement potentiellement mortels et très peu d'eau liquide. Une journée d'été sur Mars pourrait voir les températures équatoriales monter à 20º, mais la nuit, elles chuteraient à -100 degrés Celsius. Juste sous la surface, cependant, là où le sol minéral et la roche fournissent un abri contre les conditions extrêmes, il y a un habitat potentiel pour la vie.

Les sols les plus semblables à Mars sur Terre existent dans le désert d'Atacama. Ils sont secs, pauvres en nutriments et extrêmement salés et alcalins. Le but de la mission d'essai du rover était essentiellement de tester la viabilité du forage sous la surface pour récupérer des échantillons qui pourraient ensuite être examinés pour d'éventuelles «biosignatures» martiennes, les signes chimiques que la vie existait autrefois (ou existe peut-être encore) sur Mars.

Rover Perseverence
Le forage n'est pas facile. Vous devez vous assurer que vous pouvez descendre assez loin pour récupérer des échantillons sans compromettre l'intégrité des biosignatures. Avant de faire atterrir un robot de forage sur la planète rouge, nous voulons nous assurer qu'il sache ce qu'il fait. Ainsi, dans un projet financé par le programme Astrobiology Science and Technology for Exploring Planets de la NASA, Stephen Pointing et ses collègues ont déployé un rover dans l'Atacama en 2013 pour voir si des échantillons acquis par un rover pourraient être utilisés un jour pour identifier les biosignatures de la vie microbienne sous la surface de Mars.

Ce qu'ils ont trouvé était tout à fait inattendu. Les échantillons de sol souterrains recueillis par le rover d'essai possédaient en effet des bactéries capables de se développer dans des sols extrêmement salés et alcalins.
Mais plus incroyable était le fait que ces communautés bactériennes étaient réparties dans des formations zonifiées, un signe majeur que ces populations étaient suffisamment avancées pour s'organiser de manière à tirer le meilleur parti d'une quantité limitée de ressources. Plus bas, jusqu'à 80 centimètres sous terre, l'équipe a découvert qu'un groupe spécifique de bactéries était capable de survivre car il avait appris à métaboliser le méthane, gaz à effet de serre.

Ces découvertes sont passionnantes parce qu'elles montrent que les bactéries sont suffisamment résistantes pour survivre aux conditions difficiles du sous-sol d'Atacama, suffisamment spécialisées pour faire face à une quantité limitée de ressources et de nutriments, et suffisamment évoluées pour métaboliser le méthane. Ces bactéries repoussent clairement les limites de survie dans un milieu inhabitable. Alors pourquoi ne pas imaginer une vie extraterrestre sur Mars !



Notre adresse


CHILI VOYAGE

Alonzo de Cordova 5870
Bureau n°511
Comune Las Condes
Santiago - Chili

10 ans d'expérience
Avis Google Atacama Voyage

Certification

Ministère du tourisme chilien
Enregistré auprès de SERNATUR (service national du tourisme au Chili)